Canalisations

Questions sur le travail de nos amis galactiques et sur l’école de demain

Mes amis ! Je suis dans une excellente énergie pour préparer cette première diffusion de « pleine lune ».

Laina

Nous sommes aussi en joie et sur le pont ! Nous te conduirons là où ta conscience a besoin d’être accordée pour recevoir les réponses les plus qualitatives et inspirantes possibles. N’oublie pas que nous formons une chaine dorée, dont chaque maillon accomplit une partie du travail de connexion. Tu n’es jamais seule, même si tu es celle qui ressent peut-être le plus la solitude. Notre travail à nous est d’atténuer en toi ce sentiment, en te remplissant de toute notre présence. Présence qui ne se trouvera nulle part ailleurs que dans la joie. Joie qui ne se trouvera nulle part ailleurs que dans la connexion à ton propre coeur. Alors, si tu es prête, nous le sommes. Allons-y !

Voici la première question : Pourriez-vous une fois encore vous définir et définir le travail que vous accomplissez envers nous ?

Ishtar

Nous allons répondre de manière nouvelle à cette question. Chaque fois que vous la poserez, nous répondrons de manière nouvelle, parce que nous n’existons que dans le « nouveau ». Pourquoi ? Parce que nous provenons, pour vous, de ce que vous nommez encore bien confusément la « créativité ».

Notez bien que nous produisons un travail extrêmement spécifique à travers chaque canal que nous empruntons pour vous rejoindre. Si nous devons nous définir ici, alors nous choisirons de définir le type de travail que nous accomplissons avec Foelia. Nous sommes tous issus de cette grande fraternité universelle, que vous nommez « intergalactique ». Nous apprécions ce terme, parce qu’il évoque la vastitude de notre provenance. Il a le mérite de faire éclater vos carcans et d’élargir la vision de votre coeur et de ce qu’il peut considérer comme possible. Ceci dit, plus vous apprendrez à nous connaitre vraiment, plus l’aspect « extraterrestre » qui nous caractérise passera pour anecdotique. En nous qualifiant d’extraterrestres, c’est comme si vous n’évoquiez que la couleur de nos yeux, ou la forme de nos oreilles. Cela est très extérieur. Le plus extraordinaire n’est pas que nous soyons extraterrestres, mais peut-être plus que nous soyons multidimensionnels. Prenez un moment de pause et imprégnez-vous de ceci.

Lorsque nous nous présentons à vous avec cette qualification « extraterrestre », nous sommes sensibles au fait que l’énergie qui se dégage de votre représentation ne travaille que peu l’aspect cardiaque qui ouvre à une véritable rencontre. C’est pourquoi nous avons choisi une voie toute particulière avec Foelia : vous rejoindre au travers de la créativité.

Créer, c’est retrouver la mémoire.

Nous voulons dire que la voie qui consiste à vous toucher par le côté artistique de la vie s’adresse bien plus surement à votre coeur que par des représentations extérieures. Il faut de tout, bien sûr, pour toucher tous les êtres et réveiller toutes les consciences qui sont prêtes à nous rencontrer. Vous êtes si différents qu’il nous faut multiplier les approches. Et celle qui s’élabore ici, à travers Foelia et à travers toute la chaine qui s’est littéralement créée entre nous et elle, et par extension entre vous et nous, est une approche créative. C’est en apprenant à accéder à votre propre créativité que vous allez peu à peu déblayer et façonner le canal de notre rencontre. Notre rencontre est d’abord une rencontre de vous à vous, un accès formel que vous pouvez créer vers votre coeur. Nous disons formel parce qu’il s’agit de le former, de le travailler, de le sculpter dans la matière de votre monde, par l’intermédiaire de vos corps.

Nous pouvons nous manifester à travers tout ce que vous créez : qu’il s’agisse de musique, de dessin, de sculpture, de concepts, d’idéaux, de modes de vie, de mots, de poésie, de pédagogie, de politique, d’économie. Dès que vous créez, nous pouvons être à vos côtés. C’est la raison pour laquelle, à travers Foelia, nous nous densifions à vos côtés à travers toutes les expressions artistiques qu’elle nous donne. Nous la nommons en exemple, et c’est normal, puisque nous travaillons ensemble, et aussi parce que l’exemple est la meilleure des pédagogies. Non seulement la meilleure, mais la seule. Ainsi, nous vous disons que ce chemin de rencontre par la créativité, qui découle de votre redécouverte de la mobilité de votre conscience en cinq dimensions, est le chemin que nous sculptons de manière spécifique et toute nouvelle avec Foelia.

Nous souhaitons vous rencontrer de toutes les manières possibles. Nous souhaitons rencontrer chacun d’entre vous. Alors, comprenez que le chemin de nous créer, littéralement de nous inventer, est un chemin très puissant. Parce qu’en réalité, vous ne pouvez rien inventer. Ce sont vos sentiments très profonds qui inspirent ce que vous pensez inventer. Mais en réalité, vous ne faites que déterrer vos mémoires les plus profondes. C’est un chemin particulier, qui comporte ses embuches, ses pratiques, ses exercices. Mais nous disons que c’est un magnifique chemin possible, parce qu’il a la vertu de ne pas vous mettre en contact avec nous à travers les lunettes opaques qui vous collent à la peau en 3D. Il a la possibilité de vous mettre en contact avec nous, tout en réactivant votre pouvoir créateur, qui est aussi un pouvoir de perception.

Nous savons que cela est fort dense et peut-être difficilement compréhensible. C’est évident, puisque même Foelia ne fait que commencer à le comprendre. Comment pourrait-elle traduire plus clairement à ce stade ? Le chemin se crée pourtant, jour après jours, stimulé par une joie sans cesse renouvelée. Et ce chemin, nous vous l’offrons en exemple.

Alors, qui sommes-nous ? Bien plus que des extraterrestres, nous sommes vos amis en humanité, depuis toute la profondeur contenue dans ce terme d’amitié. Une profondeur qui surgit de votre mémoire endormie à chaque fois que vous créez le beau dans la densité que vous habitez.

Merci, amis d’Ishtar. C’est vrai que je suis loin de tout percevoir !

Vous percevrez en créant. Pour mieux percevoir, il faut continuer à créer, de plus en plus profondément, de plus en plus précisément. Et là, « qui nous sommes » s’affinera peu à peu, selon l’ouverture de votre regard du coeur. La 5D dont vous parlez, c’est cela.

Merci !

Voici une seconde question, qui concerne l’école de demain : Comment pouvons-nous éduquer nos enfants de manière fluide et juste pour leur âme ?

Je sens que l’interlocuteur change. Je suis conduite sur une autre fréquence. Et la présence qui s’exprime est plus féminine.

Oui, tu viens d’être mise en contact avec nous, par l’intermédiaire de tes amis, parce que nous sommes la composante pédagogique de la flotte d’Ishtar. Sur ce vaisseau, nous sommes un certain nombre à concentrer le meilleur de nos expériences cosmiques afin de pouvoir vous inspirer de nouvelles formes en ce qui concerne l’éducation de vos enfants.

Notez que tout ce que nous pouvons vous inspirer peut vous parvenir sous forme d’exemples, mais qu’il vous revient de traduire les possibilités entrevues dans la réalité de votre quotidien. Cela, nous ne sommes pas aptes à le faire à votre place. C’est à vous, qui vibrez sur des fréquences propres à votre culture terrestre, que revient ce rôle de création. Et ici encore, il s’agit bien de « création ».

Nous allons dire que vous n’avez pas à craindre de brider ou de conditionner vos enfants.

Ah, cela semble contradictoire avec d’autres apports que j’ai pu recevoir !

Non, Foelia. Élève-toi au-delà de toute contradiction. Parfois, nous faisons exprès d’utiliser des concepts qui semblent s’opposer à d’autres, parce que tant que vous mettez de côté certaines compréhensions, nous devons enfoncer les portes que vous refermez sans cesse dans votre réflexe duel. Aujourd’hui, même si nous avons déjà dénoncé le conditionnement, nous allons prendre un autre angle pour vous montrer qu’il ne faut pas le craindre, ce qui en ferait à nouveau un ennemi à abattre. Et, une fois encore, vous passeriez à côté de l’essentiel, de ce qui vous relie à l’unité.

Vous vivez sur un monde tellement dense qu’un certain conditionnement est non seulement nécessaire, mais même justifié. Pour manier votre corps physique et les concepts propres à une époque et une culture donnée, il convient de suivre un « enseignement », qui vous est automatiquement et inconsciemment dispensé par vos parents et vos éducateurs, qui se font le prolongement d’un type d’aventure très particulier à vivre. Sommes-nous clairs ?

Je peine un peu à trouver de meilleurs mots. J’espère que ceux-ci suffiront !

Ce qui compte, c’est d’essayer. Plus le canal se creuse, plus nos mots seront percutants et efficaces. Ainsi fonctionne le fait de créer sur les mondes denses. Les concepts aussi doivent trouver le support de certains mots pour pouvoir commencer à circuler dans votre compréhension.

Avançons. Votre enfance dure longtemps. En réalité, dans votre densité, votre enfance peut durer toute une vie. Certains êtres que vous qualifiez de « vieux » sont encore dans l’enfance en ce qui concerne le maniement de leur propre corps. Il vous faut revenir plusieurs fois, en plusieurs incarnations, pour vous familiariser avec la conscience terrestre et le type de corps qui vous est prêté pour le moment. Les possibilités sont vastes, mais vous devez comprendre que la densité est assez « rigide » si vous la comparez à nos mondes en 5D et plus, où l’enfance dure moins. En réalité, sur tous les mondes connus, ce que nous appelons l’enfance est ce temps durant lequel une âme prend possession de tous ses moyens physiques. C’est le temps d’apprentissage du pilotage d’un corps, pourrions-nous dire. Or, dans votre densité, tout est lent. Plus c’est dense, plus c’est lent. Comprenez-vous ?

Oui !

Et aussi, vous n’avez pas qu’un corps dont il vous faut prendre possession. Là où se trouve votre humanité, de manière globale, il vous faut prendre possession du corps physique, mais aussi de sa contrepartie éthérique, du corps de vos émotions, et du corps de vos pensées. Seulement après s’éveille la possibilité d’agir avec un corps spirituel, connecté progressivement à votre mémoire du coeur, votre mémoire d’âme.

Vous devez bien comprendre ça pour éduquer vos enfants de manière fluide. Vos enfants doivent avant tout jouer, expérimenter la matière et leur environnement. Ils doivent construire physiquement, observer, comprendre au niveau physique comment réagit la matière et comment réagissent leurs corps lorsqu’ils interagissent avec la matière.

Vous pouvez voir les corps comme des vases. Lorsqu’un vase est plein, plein de conscience, la conscience disponible se déversera spontanément dans le vase suivant. Lorsque l’enfant a fait suffisamment d’expériences pour se sentir incarné physiquement, il s’intéressera à ses émotions. Tout cela est spontané, vous ne devez rien faire… si ce n’est être. Être là, à leurs côtés, montrant l’exemple de la tradition dans laquelle vous vous trouvez. Et cette tradition culturelle est un conditionnement. Est-ce un mauvais conditionnement ? Nous disons que non ! Pas du tout. C’est un terrain de jeu, avec ses règles propres, que doit bien comprendre l’enfant afin de pouvoir s’y déployer.

Nous allons même vous faire remarquer que c’est grâce à la contenance permise par ce conditionnement sain que l’enfant se sentira en sécurité. Limité, certes, mais tout a son temps juste. Lorsque vous êtes dans le ventre de votre mère, il s’agit bien d’une limite, de frontières. Ne sont-elles pas nécessaires pour vous incarner en sécurité ? Ne sont-elles pas un bienfait de la nature pour préserver au mieux le confort du voyage de votre âme depuis les plans supérieurs jusque dans une vie humaine attachée à un corps ?

Ainsi, la culture dont vous faites partie, bien que limitative, est un ventre. Plus ses parois seront solides, plus la force d’âme de l’enfant sera contenue. Son développement sera harmonieux. Le jour où il faut remettre la culture conditionnante en question, en vue de la faire évoluer par de nouveaux choix, il faut être solide. Et l’enfant sera solide en proportion du sentiment de contenance dans lequel il se sera développé.

À l’adolescence, c’est au tour du corps mental de commencer à se développer, à travers diverses épreuves.

Comprenez bien que, sur votre monde, contrairement à beaucoup d’autres, l’incarnation de tous ces principes prend du temps, beaucoup de temps. La seule chose qui compte, dans tout apprentissage, c’est la joie. Lorsqu’il y a un manque de joie, c’est qu’il y a un manque de contenance. Comprenez bien ceci. La joie est une source spontanée pour une âme. Si le vase qui la reçoit est bien façonné, la joie récoltée agit d’elle-même. Vous pourriez donc « jouer » toute votre vie, et votre créativité pourrait s’exprimer à tout instant.

Le plus gros problème que nous diagnostiquons actuellement dans votre enseignement, c’est l’extinction progressive de la joie d’être. Cela est dû à la tentative d’uniformisation de votre enseignement. Il ne faudrait pas changer grand-chose pour simplement décider d’accompagner vos enfants afin d’augmenter sans cesse leur joie. Tout se ferait alors harmonieusement.

Ce n’est pas grand-chose, et c’est en même temps un revirement total !

Oui, mais nous voulons dire qu’il n’est pas compliqué à mettre en oeuvre. Il ne s’agit que d’une décision à prendre, par chaque enseignant, individuellement : devenir sensible au manque de joie. Aider l’enfant à retrouver sans cesse sa source de joie, qui mène à l’exploration et à la création de qui il est, pourrait devenir le choix d’un regard prioritaire à poser tous les jours.

Il y a aujourd’hui bien des enfants « récalcitrants » ! Trouver leur joie n’est pas si facile !

Facile, certainement pas ! C’est le champ de recherche en pédagogie qui devrait devenir prioritaire, et la créativité des enseignants devrait s’emparer de cet axe. De toute manière, vous n’aurez pas tellement le choix. Les énergies extérieures qui vous parviennent et dont sont porteurs les enfants qui naissent à cette époque n’est plus compatible avec le manque de joie. Les enfants ne peuvent plus mettre leur joie de côté. La pression est trop forte pour eux. Vous ne pouvez pas leur en vouloir. Lorsque la joie naturelle d’un enfant ne peut s’exprimer dans son environnement, il devient récalcitrant. C’est automatique et ce n’est pas de sa faute. Il ne porte pas la responsabilité de ce fait. Ce sont les adultes qui devraient redoubler de créativité et de dialogue, entre eux et avec l’enfant concerné, pour trouver un terrain de jeu adéquat.

Le chantier est immense ! Et le risque de faire des enfants rois aussi…

Oui, c’est vrai ! Vous vivez une époque de grand chantier. Mais n’est-ce pas enthousiasmant ?

Si, certainement !

Ne vous découragez pas face à ces travaux à accomplir. Vous n’êtes pas seuls ! Si vous saviez comme vous êtes aidés ! Toutes vos intuitions sont exacerbées, nourrissant votre créativité. Regardez : nous pouvons même communiquer de cette manière et ainsi partager des expériences entre les plans, en provenance de tout le cosmos. Nous, l’humanité cosmique fraternelle, constituons un grand coeur, dans lequel toutes les expériences de l’univers sont recensées et rendues disponibles, comme dans une grande bibliothèque. Et ces possibilités touchent votre monde chaque jour davantage. N’est-ce pas magique ? Nous sommes très enthousiastes, ici, depuis nos vaisseaux qui se trouvent dans votre proximité. Nous sommes enthousiastes de cette joyeuse mission de rencontre que nous accomplissions à vos côtés.

Merci pour tous vos éclairages. Et merci pour cette amitié !

Nous vous renvoyons la même gratitude et sommes heureux de ces rendez-vous que vous prenez avec vous-mêmes pour nous lire ou nous écouter. Nous espérons ainsi réveiller et révéler en chacun sa propre porte et sa propre clé vers la remobilisation de sa conscience en 5D.

Merci, Ishtar. Il y aurait tant d’autres questions…

À chaque jour son pain quotidien. Il n’est pas nécessaire de se nourrir plus que de raison. Conservons cette manière de déguster notre lien. Nous avons été longs aujourd’hui, mais nous pensons que cela en valait la peine.

Certainement ! Merci pour tout et à la prochaine fois !

Canalisé par Foelia

Avec joie !

Partagé par : https://consciencedivine.com

Source : https://foelia.net

Print Friendly, PDF & Email

Soutien au site

Ce site ne peut fonctionner sans votre aide. Merci pour votre soutien.

Je soutien ce site