Canalisations

Jésus-Christ – Naissance et Enfance

Message de Jésus-Christ

… alors je suis entré dans l’eau avec Jean et mon cœur était rempli de joie, j’ai laissé mes sandales sur la rive et lorsque les eaux du Jourdain m’ont baigné, une grande paix s’est répandue autour de nous et dans le cœur des hommes. C’est ainsi qu’a été scellé ce qui était prévu de toute éternité. L’unité éternelle de l’homme avec Dieu, l’unité entre le ciel et la terre.

De la “Biographie de Jésus 1” à nouveau disponible à partir du 3.1.2023 !

Au printemps, de la 4e Année

Bien-aimés Frères et Sœurs de Lumière.

Mon cœur est rempli de joie de voir qu’il y a tant d’énergie d’amour en vous. Et cette lumière intérieure brille de plus en plus, de sorte qu’elle se déverse dans l’univers entier de manière visible pour nous.

Aujourd’hui, je vous donne un aperçu de l’époque de ma naissance, de mon enfance et de l’état d’esprit de mes premières années de vie en tant que Jésus sur terre.

Ma Naissance a été prédite et ma Mère Marie a ainsi su de quelle force le Fruit a grandi dans ses Entrailles. Et les étoiles ont indiqué aux Mages le chemin vers nous pour qu’ils nous offrent leurs Louanges.

Cela s’est produit au Printemps de la quatrième Année de votre ère.

Mon enfance s’est déroulée dans l’insouciance et j’ai respiré l’environnement sain et aimant de mes parents. Même si nous étions souvent en déplacement, j’ai toujours eu un sentiment de sécurité absolue et la confiance en tout ce qui EST s’est renforcée en moi.

C’est ainsi que j’ai grandi, que mes frères sont nés et que mes sœurs ont vu le jour.

Mes premières années ont été marquées par un sentiment d’amour et d’arrivée sur terre.

Mes parents étaient pleinement conscients de leur mission et partout où cela leur semblait nécessaire et possible, ils m’ont accompagnée de manière merveilleuse.

Peu à peu, j’ai pris Conscience de mes Responsabilités.

Beaucoup de choses étaient dictées par la tradition, ainsi j’étais de la maison de David et ce fait expliquait que je devais prendre le titre de roi. Mais d’ici là, il y avait encore du temps.

Nous sommes en l’an 12.

A cette époque, notre famille se trouvait en Égypte, à Alexandrie. Mon père exerçait le métier de “charpentier”. Mais ce terme ne correspond pas tout à fait à la réalité, car à l’époque, cela signifiait s’occuper de toute la planification, du dessin à la construction d’une maison.

C’est à cette époque que j’ai été introduit dans la communauté juive d’Alexandrie, et ce fut une très belle période d’apprentissage et d’appréhension. Je passais des journées entières à lire les Écritures dans les salles du temple.

Nous habitions une petite maison et notre famille ne manquait de rien. Il y avait toujours tout ce qu’il fallait, tant pour le bien-être physique que pour notre croissance spirituelle.

C’était un sentiment de confiance absolue en Dieu qui accompagnait notre famille, où qu’elle soit. Et mes parents avaient cette profonde réalisation intérieure, si bien qu’ils ne s’inquiétaient jamais.

Petit à petit, le temple est devenu ma maison. J’y passais de plus en plus de temps, et les frères de cette église étaient ouverts et je pouvais leur exposer mes questions.

Mon besoin intérieur d’apprendre et de connaître les choses ultimes grandissait.

C’est aussi à cette époque que j’ai commencé à entrer en contact avec mes enseignants en moi. Grâce à mon intuition et à ma capacité à entendre “la voix de Dieu”, il m’a été possible très tôt d’accéder à une compréhension qui en a étonné plus d’un.

L’interprétation des Écritures était un sujet essentiel de bien des discussions avec les scribes.

J’ai pu m’exercer à Alexandrie et j’ai progressivement acquis une connaissance approfondie de nos tâches et de la vie sur terre.

Quand la situation à Jérusalem s’est calmée et que cela a semblé durer, nous sommes rentrés et, à l’âge de douze ans, j’ai été officiellement introduite dans le temple de cette ville.

Ma connaissance acquise des Écritures et ma façon de les présenter en ont surpris plus d’un et certains en ont été étonnés.

La communauté juive de Jérusalem était fidèle aux Écritures et la facilité avec laquelle j’en parlais, ainsi que mes interprétations, n’étaient pas vraiment appréciées.

Au fur et à mesure que notre famille s’est agrandie, Simon a succédé à Jacob, puis Judas, mon chemin a commencé à s’étendre devant moi. Souvent, j’oubliais le “temps” qui m’entourait en écoutant les réponses de Dieu. La force de l’amour commençait à s’étendre en moi et il me semblait souvent que je me fondais dans le monde entier.

“La liberté que j’apporte n’est pas de ce monde, et pourtant elle rachètera ce monde”.

J’ai grandi dans cette conscience. Mon quotidien était celui d’un garçon de la région.

J’aidais mon père à travailler pour apprendre le métier, je jouais avec mes frères et sœurs, nous avions entre autres un super jeu de balle, un peu comme votre jeu de foot, et souvent nous étions plusieurs jeunes à partager ce plaisir.

Parmi eux se trouvaient de nombreux futurs compagnons de route, et c’est à cette époque que j’ai montré ma capacité à guérir.

Partout où quelqu’un se blessait, j’essayais de donner mon pouvoir de guérison. Soit je posais mes mains sur la zone douloureuse de la personne concernée, soit je me concentrais et envoyais des “faisceaux de lumière” dans le champ énergétique de la personne.

Des années plus tard, cette capacité a acquis une grande puissance, et partout où j’étais, une force lumineuse émanait de moi, transformant et guérissant les gens. Et durant ces premières années, j’ai expérimenté cette bénédiction divine.

Ma mère s’occupait de la famille à cette époque, et sa douceur et son amour pour tous les êtres humains étaient pour moi une source de connaissance pure qui se manifestait au quotidien par ses actions. Pour elle, le bien et le mal n’existaient pas et tout jugement de valeur lui était étranger.

Ainsi, elle ne parlait jamais mal des autres et son cœur était plein de bonté et d’attention. L’amour de mes parents était soutenu par une profonde compréhension intérieure de leur partenaire, et j’ai souvent eu l’impression que cet amour grandissait avec les années, car on pouvait lire dans leurs yeux à quel point leurs cœurs étaient proches en réalité.

C’est dans cet environnement que j’ai pu m’épanouir, et la préparation de ma mission s’est poursuivie en l’an 18, lorsque j’ai commencé à absorber la “doctrine pure”.

Communauté Essénienne

Mon accueil dans la communauté essénienne, en dehors de Jérusalem, a constitué la suite “logique” de mon parcours de formation et de croissance. De comprendre et de devenir.

Au cours de ces années, j’ai acquis les compétences essentielles et toutes les connaissances sur la véritable raison d’être de l’humanité sur Terre. Beaucoup de choses m’ont été transmises par mes frères de Qumran, mais l’essentiel m’a été transmis par mes canaux de lumière qui s’ouvrent de plus en plus.

Mon cœur était ouvert de manière inconditionnelle, ce qui m’a permis de me connecter de manière satisfaisante au monde au-delà du nôtre. C’étaient des années de maturité physique et surtout Spirituelle.

A cette époque, nous nous rencontrions souvent, car Jean était lui aussi un frère de l’Eglise, un peu plus âgé et très avancé sur le chemin de la diffusion du message de pureté, de droiture, d’humilité, de clarté et de dévotion à Dieu. Nous nous sommes reconnus dès notre enfance et, bien que nous ne nous voyions pas souvent, nous étions entourés d’une intimité et d’une compréhension communes et silencieuses, au-delà des mots.

Ce qui nous unissait, c’était la Dévotion à Dieu et la Connaissance de nos Missions. Et au cours de ces années, cette Connaissance de l’importance de notre Naissance dans cette partie de la Terre s’est renforcée. Souvent, nous restions assis pendant des heures sur des pierres ou sous un arbre ombragé, dans le sable du désert ou dans la cour du Temple.

Nous parlions de notre Père céleste et de la manière d’obtenir le retour éternel à l’unité. Mais nous passions la plupart du temps en silence. Plongés en nous-mêmes et reliés à la source qui nous a amenés ici, nous a réunis et nous a éclairés.

Finalement, le temps est venu pour Jean de sortir et de se débrouiller seul pour accomplir sa mission. Une grande fête d’adieu a été organisée et les larmes qui ont été versées étaient surtout des larmes de joie. Car ce n’était pas un adieu définitif et chacun savait que le mystère devait s’accomplir.

Et chacun a ressenti un profond attachement à ses frères, au-delà de toutes les limitations que nos corps nous imposent.

Les années qui suivirent le rendirent largement célèbre, car son esprit vif et son dévouement impitoyable à la vérité ne passèrent pas inaperçus. Pendant ce temps, je traversais mes “Processus”, ma conscience augmentait sans cesse, ce qui m’était destiné grandissait et je déployais ma Conscience Divine.

Mon Errance

Pleine de paix en moi, j’ai fait mes adieux à mes frères pour entreprendre mon “dernier” voyage.

Je suis parti pour l’Égypte, la Syrie et la Grèce. Mais ce voyage m’a conduit dans mon cœur, dans mon intérieur, et j’ai vu mon expression éternelle d’amour dans la conscience de la toute-unité de toute vie.

Pendant ce temps, j’ai visité de nombreux villages et villes. Ce faisant, j’ai étudié les gens et leur comportement, leurs intentions et leurs motivations. Leur histoire était devant moi comme un livre ouvert, je lisais dans leurs pensées et je pouvais voir leurs sentiments. Mon regard s’est aiguisé et des réponses sur la signification de la vie d’un homme m’ont été données.

Je me suis régulièrement retirée et j’ai souvent passé des journées entières à discuter avec mon Père Céleste. Avec les Messagers Célestes, les Maîtres au-delà du visible et les frères et sœurs de ma patrie Spirituelle.

Au cours de ces années d’errance, je me suis définitivement tournée vers mon être global et j’ai accepté pleinement ce qui m’était donné. C’est ainsi que j’ai grandi dans les chaussures qui ont pris ma mesure, ma famille était désormais les hommes de toute la terre, tous les êtres vivants et chaque conscience dans la création de Dieu.

Quand je suis retourné à Jérusalem, j’étais un autre, et pourtant j’étais celui que j’ai toujours été : CE QUE JE SUIS.

“… Je suis donc entré dans l’eau avec Jean et mon cœur était rempli de joie, j’ai laissé mes sandales sur le rivage et lorsque les eaux du Jourdain m’ont baigné, une grande paix s’est répandue autour de nous et dans le cœur des hommes.

Ainsi fut scellé ce qui avait été déterminé depuis l’éternité. L’unité perpétuelle de l’homme avec Dieu, l’unité entre le ciel et la terre”.

Bien-aimé enfant de Dieu,
nous sommes tous unis et reliés par la force de l’amour omniprésent. Acceptez ce fait et déployez votre beauté. L’unité ne peut être expérimentée que de cette manière.

Et en vérité, nous sommes TOUS un.
Vous êtes infiniment aimés.
JESUS CHRIST

Canalisé par Jahn J. Kassl

Traduit de l’Allemand pour : https://consciencedivine.com

Partagé par : https://consciencedivine.com

Source : https://lichtweltverlag.at

Print Friendly, PDF & Email
Étiquettes




Soutien au site

Ce site ne peut fonctionner sans votre aide. Merci pour votre soutien.

Je soutien ce site