Canalisations

L’amour de l’inconnu

Message de l’Être

La clé d’une vie épanouie est la confiance en la vie. Les événements sont des repères qui permettent de s’orienter, mais ils ne constituent en aucun cas des faits fixes, inéluctables ou même immuables – soumis au passage du temps, ils sont aujourd’hui ceci et demain cela. Ne vous y accrochez pas. Prenez du recul et réfléchissez, car tout vient à vous, et acceptez ce qui vous est donné – ayez confiance ! Quoi qu’il arrive, ayez confiance ! Ne jugez pas. Ne vous laissez pas entraîner dans un jugement. Ce qui est maintenant a un sens, un but et assure votre croissance. La souffrance d’aujourd’hui est la joie du matin qui se lève.

2ème Clé de la Vie

Là où la misère est petite, les lamentations sont grandes ; là où la souffrance est grande, les plaintes sont petites.

Avoir confiance en la vie signifie : ne pas se plaindre, reconnaître tout pour ce qu’il EST.

Voici une histoire qui nous a été transmise du temps de Lao Tseu en Chine :

Il était une fois, dans un village, un vieil homme très pauvre mais envié par les rois – car il possédait un beau cheval blanc. Un cheval d’une telle qualité n’avait jamais été vu – une telle beauté, une telle fierté, une telle force ! Les rois se disputaient le cheval et proposaient des prix fabuleux, mais le vieil homme ne connaissait qu’une seule réponse : “Pour moi, ce cheval n’est pas un cheval mais un homme, et comment peut-on vendre un homme ? Non, il n’en est pas question”. L’homme était pauvre et avait toutes les raisons de succomber à la tentation, mais il ne vendit jamais le cheval.

Un matin, il découvrit soudain que le cheval n’était plus dans l’écurie. Tout le village se rassembla et tous dirent : “Voilà ce que tu as fait, vieux fou ! Nous le savions déjà, il fallait bien qu’un jour le cheval soit volé ! Et comment peux-tu, avec ta pauvreté, garder correctement un tel trésor ? Tu aurais vraiment mieux fait de vendre le cheval. Tu aurais pu en demander des sommes astronomiques, n’importe quel prix fantaisiste. Maintenant, le cheval n’est plus là. Tu vois maintenant quelle malédiction, quel malheur il a été pour toi”.

Le vieil homme dit : “Il ne faut pas exagérer ! Disons simplement que le cheval n’est pas dans l’écurie. C’est le seul fait ; tout le reste n’est qu’interprétation. Qu’il s’agisse d’un malheur ou non, comment pouvez-vous le savoir ? Comment pouvez-vous en juger ?”

Les gens disaient : “Tu ne peux pas nous tromper ; nous ne sommes peut-être pas de grands philosophes, mais ici, on n’a pas besoin de philosophie non plus. C’est un fait évident qu’un trésor a été perdu, et c’est un malheur”.

Le vieil homme répondit : “Je maintiens que le seul fait est que l’écurie est vide et que le cheval est parti. En dehors de cela, je ne sais rien, malheur ou bénédiction – car un tel jugement est limité ; et personne ne sait ce qui va suivre”. On se moqua de lui.

Les gens pensaient que le vieil homme était fou. Ils avaient toujours su qu’il n’avait pas toute sa tête, sinon il aurait vendu son cheval et vécu dans l’opulence… Au lieu de cela, il menait une vie de bûcheron. Bien qu’il soit très âgé, il continuait à couper des arbres, à sortir le bois de la forêt et à le vendre. Il vivait au jour le jour, n’avait que le strict nécessaire et jamais vraiment assez. Mais maintenant, ils avaient définitivement compris qu’il était fou.

Quinze jours plus tard, une nuit, le cheval revint. Il n’avait pas été volé, il s’était juste enfui dans la nature. Et non seulement il revint, mais il ramena aussi douze autres chevaux sauvages. Les gens se réunirent à nouveau et dirent : “Mon vieux, tu avais raison ; nous nous sommes trompés. Ce n’était pas un malheur, mais une bénédiction. Nous sommes désolés de t’avoir fait des reproches”.

Et le vieil homme dit : “Vous allez encore trop loin. Ne pouvez-vous pas simplement dire que le cheval est revenu et qu’il a amené douze autres chevaux ? Pourquoi jugez-vous ? Qui veut savoir si c’est une bénédiction ou non ? Ce n’est qu’un fragment et si vous ne connaissez pas tout le contexte, comment pouvez-vous juger ? Comment pouvez-vous juger un livre si vous n’avez lu qu’une seule page ? Comment pouvez-vous juger une page entière si vous n’en avez lu qu’une seule phrase ? Comment pouvez-vous juger une phrase si vous n’en avez lu qu’un mot ? Et ce que vous tenez dans votre main est moins qu’un mot – la vie est si infinie. Vous n’avez en main que le fragment d’un mot et vous avez jugé le monde entier. Ne dites donc pas que c’est une bénédiction, car qui sait… Et je suis tout à fait satisfait de ne pas le savoir. Alors, s’il vous plaît, laissez-moi tranquille”.

Cette fois, les gens se sont tus. Peut-être que le vieil homme avait encore raison. Ils ne dirent donc rien, mais en silence, ils savaient bien sûr qu’il se trompait. Douze magnifiques chevaux étaient revenus avec le seul cheval ! S’ils étaient un peu débourrés, ils pourraient bientôt tous être vendus et rapporter de l’argent en masse.

Le vieil homme avait un fils cadet – c’était son seul fils. Ce fils commença alors à dompter les chevaux sauvages ; une semaine plus tard, il tomba de l’un d’eux et se cassa les deux jambes. Les gens se réunirent à nouveau… Ils dirent : “Tu avais raison. Ce que tu avais pressenti s’est confirmé une fois de plus. Ce n’était pas une bénédiction, mais un malheur. Ton fils unique a perdu ses jambes ! Qui sera maintenant le soutien de tes vieux jours ? Maintenant, tu es plus pauvre que jamais”.

Le vieil homme a dit : “Vous ne pouvez pas arrêter de juger pour une fois ? Vous allez encore trop loin – dites simplement que mon fils s’est cassé les jambes. Personne ne sait si c’est un malheur ou une chance, personne. Ce n’est à nouveau qu’un fragment et nous ne voyons jamais que des fragments. La vie ne se montre à nous que par fragments, mais nous portons toujours nos jugements sur l’ensemble”.

Quelques semaines plus tard, il arriva qu’une guerre éclata avec le pays voisin et que tous les jeunes hommes furent enrôlés dans l’armée. Seul le fils du vieil homme resta en arrière, car il était infirme. Les gens se rassemblèrent, pleurant et se lamentant, car dans chaque maison, les jeunes hommes étaient emmenés de force. Et il n’y avait aucune chance qu’ils reviennent un jour, car le pays avec lequel on faisait la guerre était un très grand pays, et la bataille était perdue d’avance. Ils ne reviendraient donc pas …

Tout le village pleurait et se lamentait, et ils venaient voir le vieil homme et disaient : “Comme tu avais raison, mon vieux ! Dieu sait que tu avais raison – c’était une bénédiction. Ton fils est peut-être infirme, mais au moins il reste avec toi. Nous ne reverrons plus jamais nos fils. Lui, au moins, est vivant et avec toi, et petit à petit, il réapprendra à marcher. Peut-être boitera-t-il encore un peu, mais il s’en sortira”.

Le vieil homme se défendit : “Il est tout simplement impossible de parler avec vous, les gens. Vous ne pouvez tout simplement pas laisser tomber – toujours ces jugements. Personne ne sait rien ! Dites seulement que vos fils ont été enrôlés dans l’armée et pas le mien. Mais que ce soit une bénédiction ou un malheur, personne ne le sait. Aucun homme ne le saura jamais. Seul Dieu le sait. (Osho, La voie soufie, p.48 et suivantes)

Tout est au service de ma Croissance !

Tout est un événement sur le chemin de la perfection que je suis en train de parcourir. Pluie, soleil, grêle, éclairs, tonnerre se succèdent, mais mon état d’esprit intérieur n’en est pas affecté. Car je fais confiance à ce qui EST maintenant.

Tout me sert et tout favorise ma croissance. J’ai confiance en cela et c’est ainsi que je reste en paix.

Vous glissez trop vite vers la frustration et le désespoir. Vous vous découragez rapidement et vous vous sentez dépossédés de vos forces.

• Ayez confiance en ce qui est !

• Faites confiance à la vie pour prendre soin de vous.

• Ayez confiance en votre force.

La clé d’une vie épanouie est la confiance en la vie.

Les événements sont des repères qui permettent de s’orienter, mais ils ne constituent en aucun cas des faits fixes, inéluctables ou même immuables – soumis au passage du temps, ils sont aujourd’hui ceci et demain cela. Ne vous y accrochez pas. Prenez de la distance et réfléchissez, car tout vient à vous, et acceptez ce qui vous est donné – faites confiance !

Quoi qu’il arrive, faites confiance ! Ne portez pas de jugement. Ne vous laissez pas entraîner dans un jugement.

Ce qui est maintenant a un sens, un but et assure votre croissance.

La souffrance d’aujourd’hui est la joie du matin qui se lève – la transformation de l’être crée l’espace pour ce changement.

Avoir confiance en ce qui est. La deuxième clé pour comprendre sa propre vie est donnée.

De l’être

Canalisé par Jahn J. Kassl

Traduit de l’Allemand pour : https://consciencedivine.com

Partagé par : https://consciencedivine.com

Source : https://lichtweltverlag.at

Print Friendly, PDF & Email




Soutien au site

Ce site ne peut fonctionner sans votre aide. Merci pour votre soutien.

Je soutien ce site