Canalisations Lettres du Paradis

Lettre du Paradis : Conscience de l’ego

Dieu a dit :

Vous êtes beaucoup plus conscient de votre petitesse que de votre grandeur. Si ce n’était pas le cas, vous ne passeriez pas une si grande partie de votre vie à essayer de vous gonfler de toutes les manières comme vous le faites. En effet, vous penseriez davantage à Moi et vous penseriez davantage comme Moi. Vous commenceriez à Me représenter plus que vous ne le feriez pour votre petitesse. Au lieu de penser : “Oh, que dois-je faire ?”, vous pourriez vous demander, dans n’importe quelle situation troublante, que ferait Dieu ?

Lorsque vous vous mettez à Ma place, votre problème est immédiatement coupé en deux, ou en trois quarts, ou le problème n’existe plus du tout. La situation peut subsister. Lorsque vous commencez à penser comme Moi, le problème n’a d’autre choix que de se reconfigurer. Quel était le problème de toute façon ? Quelle que soit la situation, dans la plupart des cas, votre problème n’est rien d’autre que l’ego. Même vos plus gros problèmes, quels que soient leurs noms, l’ego se cache, ou l’ego se met en vedette. Mais lorsque vous vous élevez à Ma conscience, l’ego s’efface. Pouf ! Il est assez intelligent pour savoir qu’il ne peut pas rester dans Ma lumière. Il se retire.

En fait, vous commencez à réaliser à quel point l’ego dirige votre vie, ce petit ego de martinet minable qui est le vôtre. Ne défendez pas votre ego maintenant. Ne lui donnez pas de tapes dans le dos. Ne commencez pas à penser qu’il est vital pour vous. Si vous pensiez ne pas en avoir besoin, vous ne l’auriez pas. L’ego ne sert qu’à vous maintenir dans de vieilles pensées, et donc là où vous êtes.

Si vous vous êtes senti insulté au cours des dernières vingt-quatre heures, c’est que votre ego a joué un rôle. Vous êtes insulté parce que quelqu’un ne vous a pas apprécié ou n’a pas apprécié suffisamment ce que vous donnez, et vous êtes donc irrité. Insulté, vous portez sur votre poitrine une bannière qui dit : “Je suis plus que ce que tu me reconnais”.

La grande vérité, c’est que vous êtes plus que ce que VOUS vous attribuez, sinon vous ne vous offusqueriez pas. Si vous pouviez accepter que vous êtes tout ce que je dis que vous êtes, vous ne joueriez pas sur le terrain de l’ego. Vous ne le feriez pas. Vous ne pourriez pas.

Vous joueriez dans le champ de l’amour. Il n’y a pas de kiosque à musique, mais c’est un plus grand champ. C’est un champ sans fin, le champ de l’amour. Il n’a pas de frontières, alors que l’ego n’a que des frontières à droite et à gauche.

Vous pouvez penser que vous n’avez pas le choix de poursuivre votre ego, comme s’il existait en dehors de vous et qu’il était comme le temps qu’il fait, sur lequel vous n’avez aucun pouvoir. C’est l’une de vos pensées erronées. “Je n’y peux rien”, dites-vous. “Je me sens mal à cause d’untel ou d’untel. Ceci et cela me font me sentir mal.”

Vous disposez d’une autre technique de l’ego, très utilisée, sur laquelle vous vous appuyez. Au lieu de vous sentir mal, vous dites que l’autre partie est mauvaise, stupide ou petite. Vous émettez un jugement pour soulager votre ego. L’ego ferait de vous un martyr, un moralisateur. Il ferait de vous un pointeur de doigt. Il se donnerait le dernier mot.

Rappelez-vous que Je suis le Premier et le Dernier, et que Ma Parole est… l’Amour.

Souvent, la vie ne se déroule pas comme vous le souhaitez. Les gens qui la composent ne font pas ce que vous voulez, et même pas ce qu’ils veulent parce que, comme pour vous, l’ego a été leur principal conseiller. N’avez-vous pas bafoué la vie, ne l’avez-vous pas mise à l’épreuve, n’avez-vous pas essayé de la réformer pour qu’elle corresponde à vos lignes directrices ? N’avez-vous pas considéré la vie comme un jeu de société, et vous comme le meneur des hommes qui s’y trouvent ?

Pendant ce temps, vous êtes l’un des hommes qui est en train de découvrir qu’il se trouve au-dessus du plateau, et que ses mouvements n’ont pas besoin d’être signalés par ce que fait un autre joueur, ni par certaines règles du jeu, mais plutôt par un désir de jouer un jeu différent, un nouveau jeu sur un autre plan, sans autre règle que la règle de l’amour.

Canalisé par Gloria Wendroff

Traduit et partagé par : Accueillir la Conscience Divine : https://consciencedivine.com

Source : https://rainbowwaveoflight.wordpress.com

Print Friendly, PDF & Email




Soutien au site

Ce site ne peut fonctionner sans votre aide. Merci pour votre soutien.

Je soutien ce site