Canalisations Lettres du Paradis

Lettre du Paradis : Mettre de côté les Hypothèses

Dieu a dit :

Une partie de l’ouverture consiste à ne pas faire de suppositions. Les suppositions sont des jugements. Méfiez-vous de ce que vous supposez. Supposer, c’est penser que l’on sait quelque chose alors que l’on n’en sait qu’une partie, voire rien du tout.

Les hypothèses sont énigmatiques. Elles sont accablantes.

Mes fils le Christ n’a fait aucune supposition. Les suppositions sont limitatives, et il n’a limité personne.

Vous pourriez dire qu’il a fait une supposition, à savoir que j’étais avec tout le monde, mais bien sûr, ce n’était pas une supposition mais un fait.

Il ne pensait pas que sous la surface de la maladie se cachait une santé éclatante. Il le savait pertinemment.

Il n’a pas supposé que Ma lumière était à l’intérieur de tous. Il savait qu’il en était ainsi.

Lui qui en savait tant ne faisait pas de suppositions.

Mais vous qui en savez si peu, vous allez jusqu’à faire des suppositions sur ce que je dis.

Vous faites du copier-coller.

Vous aimez choisir vos favoris et rejeter le reste.

Parfois, vous ne voulez pas entendre ce que je dis.

Je pars du principe que ce que vous ne voulez pas entendre est exactement ce dont vous avez le plus besoin.

Quel privilège vous avez de lire ce que je dis ! Quelle noble époque vous vivez ! Comme vous êtes bénis !

Faites-en votre hypothèse : Que vous êtes béni. Assumez-le même si vous ne pouvez pas y croire. Partez de ce point de vue.

Je vous bénis. Vous êtes béni. Vous êtes Mon enfant béni que Je bénis à grands traits et dans les moindres détails. Tout ce qui est étalé devant vous est une bénédiction. Même votre inconfort est une bénédiction.

J’ai posé des signaux pour vous à droite et à gauche. Pas des pièges, mais des signaux.

Je vous fais signe de partout. Je vous brosse les cheveux maintenant. Je pince votre joue. Je caresse votre oreille. Je lisse votre front. Je titille votre nez. Je regarde vos yeux. Je vous soulève. Je vous balance au ciel.

Et vous avez mal interprété les indices que je vous envoie.

Réjouissez-vous de ces indices.

Vous êtes à la chasse aux Pâques de la vie.

Toutes les flèches pointent vers Moi.

En attendant, ramassez les messages que je laisse partout.

Ramassez les pierres brillantes. Ramassez les pierres rugueuses.

Ne négligez aucune pierre. Sautez les pierres.

Tenez-vous en à votre vie. Abandonnez-la. Abandonnez l’idée que vous vous en faites.

Réfléchissez aux hypothèses que vous avez formulées. Vous avez supposé des choses contraires. Je vais vous en citer quelques-unes.

Vous avez supposé que vous ne valez pas grand-chose. Et vous avez supposé que le monde vous était redevable.

Vous supposez que le monde vous a trompé tout en étant sûr qu’il n’a rien à vous donner.

Vous dédaignez l’avarice chez les autres et vous êtes avare avec vous-même.

Vous honorez l’honnêteté, mais vous pensez que vous ne pouvez pas être honnête. Vous pensez que l’honnêteté vous tuerait.

Vous assumez votre amour pour moi et vous me cachez.

Vous n’êtes pas l’expert en vie que vous avez prétendu être. Je suppose que vous n’avez trompé personne, et certainement pas vous-même.

Je suppose que vous me cherchez.

Vous supposez que je dois vous trouver.

Vous mettez la charrue avant les bœufs. Dans ce cas, vous êtes le cheval et je suis la charrette. Bien sûr, je suis les deux. Je vous guide et je vous suis, même lorsque vous vous égarez.

De quoi pouvez-vous vous éloigner ? La vérité de vous-même. Seulement la vérité de vous-même.

Vous êtes égal à tous les autres hommes. Vous n’êtes ni meilleur ni moins bon. Vous n’en savez pas plus et vous n’en savez pas moins. Personne n’a plus de Moi que vous. Personne ne Me connaît mieux que vous. Vous êtes l’instrument de votre propre vie.

Vous êtes ce que vous cherchez. Mais vous ne vous êtes pas encore trouvé. Mais vous le ferez. Sachez que vous le ferez.

Vous n’êtes pas un être terrestre unidimensionnel. Vous avez de nombreuses couches. Vous êtes en train de les découvrir. Vous commencez à vous lever. Vous commencez à remarquer la place qui vous revient sur Terre. Vous commencez à remarquer Mon amour. Vous êtes submergés par Mon amour. Il vous secoue. Il vous sort de vos hypothèses. Il vous fait sortir d’un passé rétrograde pour vous plonger dans un présent étouffant.

Toutes les hypothèses appartiennent au passé et doivent être laissées là. Laissez-les et continuez.

Canalisé par Gloria Wendroff

Traduit et partagé par : Accueillir la Conscience Divine : https://consciencedivine.com

Source : https://rainbowwaveoflight.wordpress.com

Print Friendly, PDF & Email
Étiquettes




Soutien au site

Ce site ne peut fonctionner sans votre aide. Merci pour votre soutien.

Je soutien ce site