Lettres du Paradis Messages du jour

Lettres du Paradis : Chambre à l’auberge

Dieu a dit :

Difficile à croire, vous êtes la Divinité sous une forme humaine. Être en vie est une chose Divine. Vous ne pensez certainement pas que vous n’êtes que des os et des tendons ? Il y a en vous une qualité qui surpasse l’apparence, toute apparence. Il y a en vous une qualité qui dépasse vos paramètres physiques, émotionnels et même spirituels. Quelle que soit l’importance que vous accordez à vos forces spirituelles, il y a encore plus grand. Ceux qui semblent ne pas s’intéresser à l’évolution spirituelle ne sont peut-être pas en retard. Ils peuvent être en avance sur ceux qui s’efforcent d’atteindre le sommet de la spiritualité. Les apparences ne permettent pas de savoir. Vous ne pouvez pas savoir si vous avez fait des efforts. Vous ne pouvez pas vous fier aux directives de la Terre.

Il en va de même pour vous, bien-aimés. Il se peut que vous ne connaissiez pas la grandeur des autres et que vous ne connaissiez pas la vôtre. Il est bon de savoir en même temps que vous n’avez pas à savoir. Libérez-vous de l’obligation. Laissez-vous aller à la joie de ne pas avoir à être performant. Vous êtes un avec Moi en ce moment. Je vois votre lumière brillante. Quoi qu’il arrive, elle ne s’éteint jamais. Vous n’avez pas besoin de vous efforcer d’atteindre. Tout est déjà en vous. Toute la lumière brillante du Ciel est amplement en vous. Elle est rangée dans votre cœur. Affichée ou cachée, votre lumière est en sécurité. Il n’est pas nécessaire de se précipiter, pas plus qu’il n’est nécessaire de tarder.

Bien sûr, la grandeur spirituelle, telle que vous la possédez, n’est pas votre accomplissement. Le développement spirituel n’est pas quelque chose d’accompli. C’est quelque chose qui vous est donné pour que vous le gardiez et le conserviez. C’est à vous, mais c’est à moi. Tout est à Moi. Vous êtes à moi. L’amour est à moi. L’univers entier est à moi, mais tout ce qui est à moi, je vous le donne. Je vous donne sans conditions. C’est là que le libre arbitre entre en jeu. Vous êtes libre de nier ce qui vous a été donné, et vous êtes libre de le reconnaître. D’une manière ou d’une autre, vous êtes à Moi. Cela ne change rien à ce qui est. Il est inévitable que vous le reconnaissiez, car vous n’êtes pas nés de la dernière pluie, mes bien-aimés.

S’abstenir de juger signifie que l’on s’abstient d’attribuer des niveaux de développement spirituel aux autres. Vous ne pouvez que partir du principe que chaque personne que vous rencontrez est un grand être spirituel. Cela vaut pour ceux qui possèdent toutes leurs facultés comme pour ceux qui n’en ont pas. Il n’y a ni supériorité ni infériorité dans la réalité du Ciel. Il n’y a ni puissant ni moins puissant. C’est là que réside le pouvoir de l’innocence.

Chacun est bien là où il est (là où il semble être). La grâce de Dieu est partout. Chaque personne est bénie, et chaque personne est une bénédiction. Quelles que soient les apparences contraires, quels que soient les crimes, les souffrances, la frivolité, il y a une profondeur de divinité dans chaque être humain sur Terre, amplement suffisante pour embraser le monde de la lumière de l’amour. Qu’elle soit exploitée ou non, la lumière est rayonnante, et chaque âme sur Terre trouve le chemin de son rayonnement inné à sa manière et en son temps. Personne ne peut supposer qu’il connaît le chemin d’un autre vers la pleine lumière. Personne ne peut en entraîner un autre, ni le pousser, ni le porter. Tout est entre chaque cœur divin et Moi. Le libre arbitre que Je vous ai donné, vous devez le donner aussi. Ne soyez pas si sûrs de savoir comment les choses doivent se dérouler dans le monde. Répandez votre lumière et soyez sûrs que d’autres le feront aussi. Mais ce n’est pas obligatoire. C’est inévitable, mais pas obligatoire.

Chaque pierre de la Terre a le droit d’être la pierre qu’elle est. Une pierre ne doit pas nécessairement avoir les qualités apparentes d’une autre. Il en va de même pour chaque fleur. Le pissenlit n’est pas obligé de devenir une rose. Il y a une place d’honneur pour tous. Il y a de la place à l’auberge, mes bien-aimés.

Canalisé par Gloria Wendroff

Traduit et partagé par : Accueillir la Conscience Divine : https://consciencedivine.com

Source : https://rainbowwaveoflight.wordpress.com

Print Friendly, PDF & Email




Soutien au site

Ce site ne peut fonctionner sans votre aide. Merci pour votre soutien.

Je soutien ce site