Canalisations Dialogues 2022

Loya : L’accès à vos coeurs passe nécessairement par l’amour pour vos corps

Bonjour Loya ! Je n’ai aucune idée de ce que tu vas nous dire aujourd’hui.

Tu connais la route : regarde ta peur en face et plonge dans ton coeur. De là, ma voix sera neuve et pourra vous rejoindre entre les plans.

Je me sens très dispersée !

La route est toujours possible. Peu importe l’état depuis lequel tu t’y engages. Relâche tout, toute tension, toute forme de volonté liée au besoin de réaliser quelque chose. Laisse la page blanche. Es-tu ok pour qu’il ne se produise rien ?

Pas vraiment.

Fais la route, jusqu’à pouvoir dire « ok ».

Ok. Je ne « sais » pas, je ne « sais » rien. Je me fais seulement outil.

Sens-tu tout ton corps se relâcher ? Perçois-tu ? Ton ventre s’est détendu.

Il est toujours si tendu !

Oui. Ton corps est le miroir de ton âme. Il l’imite. Il fait tout ce qu’elle fait. Tu t’embourbes dans une tension psychique ? Ton corps se conforme immédiatement, comme un petit frère qui voudrait faire comme sa grande soeur ! C’est touchant de commencer à remarquer comment fonctionne ce petit corps. Il est comme un tout petit enfant, avide d’apprendre tout ce qu’il y a à apprendre. Quand vous le verrez avec ce regard tendre, le but profond de votre incarnation pourra commencer à s’accomplir consciemment.

Quel est ce but profond de l’incarnation ?

L’incarnation, c’est prendre un corps. Et prendre un corps, c’est accepter de s’occuper d’une part de l’inconscient cosmique, afin de le rendre conscient. Nos corps sont à éduquer, comme des petits enfants qui découvrent la vie. Ils sont fabriqués de matière, et la matière faite de lumière endormie. Quand vous arrivez sur Terre, vous recevez un petit bout de terre à transmuter en lumière : c’est votre corps ! Votre corps comporte votre mission d’âme, et elle peut être définie comme la transmutation de votre matière en lumière. La part d’inconscience que vous avez accepté de porter doit être malaxée, chauffée, jusqu’à être libérée de son endormissement. C’est ainsi qu’une conscience de plus en plus fine perpétue la création… à travers votre corps.

Tu dis que nous avons accepté de prendre cette part d’inconscience en prenant un corps, mais je crois que tous les humains ne sont pas de cet avis. Beaucoup n’acceptent pas cette part d’inconscience, n’acceptent pas leur corps, ni cette incarnation !

C’est vrai, je parle depuis le côté conscient. Lorsque votre âme prend un corps, elle le fait toujours volontairement, en posant un choix sur des plans très énergétiques, sur des plans de lumière. Et puis, dans le processus de descente, de densification, ce choix est oublié, ce qui mène à cette réalité que vous connaissez : oublier que vous avez dit « oui », jusqu’à refuser votre incarnation, votre corps. Cela est propre à ce monde que vous connaissez. Il est très dense, très inconscient. On peut y vivre cette expérience particulière d’oublier son choix premier de servir la lumière. C’est une expérience. Et à vrai dire, votre expérience d’incarnation commence toujours de cette manière, sur votre monde : elle commence dès le premier « non » que vous ne pouvez vous empêcher de prononcer, dès le premier refus. C’est là que se ferme la porte de votre mémoire.

Ce premier « non », ce premier refus dont tu parles, est-il incontournable ? Ne peut-on venir sur Terre en restant dans l’acceptation de notre choix originel, de notre « oui » ?

Ce n’est théoriquement pas impossible, mais cela requerrait une telle force et une telle focalisation de votre conscience que nous pouvons dire que c’est presque impossible à l’époque actuelle. Sur d’autres mondes, plus subtils, il est possible de conserver beaucoup plus de conscience, ce qui permet d’irriguer beaucoup plus de mémoires. Sur d’autres mondes, on oublie beaucoup moins qui on est. On se souvient du « oui » prononcé dans les hautes sphères. Cela fait de l’aventure terrestre une aventure très forte, vraiment très forte pour une âme. Accepter pleinement votre incarnation devrait être votre premier objectif spirituel. Accepter votre corps, l’aimer tendrement, reconnaitre sa beauté, sa spontanéité à vouloir vous suivre partout, même dans ce qui fait mal, c’est reparcourir tout le chemin du « non » à l’envers, pour déterrer le « oui » qui résonne encore dans vos coeurs.

L’accès à vos coeurs passe nécessairement par l’amour pour vos corps.

Ce n’est pas facile ! Accepter ce corps dans un monde où les canons de beauté sont inaccessibles relève de la prouesse ! Accepter ses limitations, quand il nous reste des réminiscences de tout ce que notre âme peut faire sur d’autres plans, bien plus vastes, bien plus grands, c’est comme un chemin de croix !

Oh oui, tu as raison, c’est un chemin de croix. C’est le bon terme. Vous êtes à la croisée des deux mondes, du temporel et de l’éternel, et vous venez explorer comment les réunir.

Votre corps contient tout ce que vous avez à aimer. Comment exerceriez-vous votre capacité à aimer s’il ne vous était pas prêté le matériel nécessaire ? Votre corps est le meilleur matériel pour accomplir cette oeuvre, qui est une oeuvre d’alchimie. Votre corps contient des mémoires d’évènements terriblement douloureux qui ont été vécus par vos familles, vos ancêtres, vos peuples terrestres ainsi que les peuples cosmiques. Prendre un corps, c’est recevoir un héritage précieux, mais aussi une chance de participer au grand nettoyage des mémoires cosmiques douloureuses. Ce faisant, vous ne pouvez que devenir extrêmement habiles en maniement de l’amour. En tentant chaque jour d’aimer ce qui est le plus difficile à aimer, vous ne pouvez que devenir des experts en amour ! Voilà comment vous pouvez tirer le meilleur de votre venue dans un corps terrestre d’oubli !

C’est un beau chemin, Loya, que tu nous décris. Mais qu’en est-il de ceux qui ne voient pas les choses comme ça ? Qu’en est-il de ceux qui ne voient que la souffrance et désirent la quitter au plus vite, en rejoignant des mondes plus subtils ?

Il faut que vous compreniez que vouloir fuir la souffrance est justement ce qui la perpétue. Le lot de terre que vous avez pris en main en vous incarnant fait partie de votre âme. Il est une partie de vous ! Il ne va donc pas cesser de souffrir par le simple fait que vous refusez de le regarder en face. Il criera tant que vous ne lui adresserez pas un regard d’amour. Il n’est pas possible de se fuir éternellement. Se plonger dans le temps pour fuir l’éternité ne dure qu’un temps, pourrais-je dire ! Et retrouver l’éternité en vous passe par la guérison de toutes vos mémoires souffrantes. Ceux qui détournent le regard ne font que se préparer un plus long chemin de terre.

Ce qui est magnifique dans cette époque bénie que vous traversez, c’est que vos mémoires vous sont représentées presque sans effort. Cette incarnation est extrêmement intense pour vos âmes. Elle restera gravée comme un grand moment de votre histoire personnelle et collective. Le travail dont je vous parle et qui parait parfois inaccessible n’est en réalité pas si difficile. Certes, il vous demande de réveiller des forces que vous portez et qui sont encore partiellement endormies, mais la conjoncture vous y aide grandement.

Ainsi, je voudrais résumer notre propos en vous invitant à vous exercer à dire « oui » à chaque peur que vous présente votre corps, quotidiennement, d’instant en instant, comme tu as pu dire « ok » au début de notre conversation.

Ne reportez pas à plus tard la possibilité de lui offrir votre amour, votre confiance, comme à un tout petit enfant. N’hésitez pas à lui parler, à le féliciter pour chaque pas accompli. Un pas accompli est un instant de refus changé en un instant d’acceptation, un instant de peur changé en un instant de confiance.

Allez-y ! Croyez-le ou non, c’est la plus belle des missions que vous avez endossée ici et qu’il convient maintenant de reconnaitre et de mettre en oeuvre dans votre quotidien.

Amis solteriens, je vous envoie mes bénédictions et reste à vos côtés pour toutes vos questions !

Merci, Loya !

Canalisé par Foelia

***

Ce texte fait partie du « Marathon de dialogues 2022 » – https://foelia.net/marathon-de-dialogues-2022/ – Vous pouvez l’utiliser librement, pour autant que vous fassiez référence au blog de Foelia – https://foelia.net – et que vous conserviez ces quelques lignes. Merci !

Partagé par : https://consciencedivine.com

Source : https://foelia.net

Print Friendly, PDF & Email
Étiquettes